La découverte du jour

Sans considération religieuse aucune, notre périple artistique nous a doublement mené à l’Église la semaine dernière.

D’abord, le fonds de dotation du Carré Rive Gauche, dans le cadre de sa nouvelle campagne de crowdfunding, nous a offert la découverte du Quatuor Girard le temps d’un concert intimiste au sein de l’église Saint Thomas d’Aquin. Notre rapport à l’art et à la culture (musique y compris) est de plus en plus réfléchi et assister au concert nous a permis une pause: trêve de cogitation et place à la musique classique, prodigieusement interprétée, faisant écho au respect indéniable qu’inspire le patrimoine autour de nous.

Ensuite, parce que cesser complètement de penser face à l’art -ou face à la religion d’ailleurs- serait selon nous une erreur, nous sommes allés voir de nos propres yeux la célèbre Nona Ora de Maurizio Cattelan. « Cette très réaliste statue de cire du pape Jean Paul II accablé par une météorite fait partie d’une mise en scène élaborée. Le pape vêtu de la tenue ecclésiastique officielle et s’accrochant à sa férule crucifère, gît sur un immense tapis rouge ». Bien sur le réalisme exacerbée est inconfortable, mais ce n’est pas l’essentiel. Avec cette expo dans son ensemble, l’artiste insiste sur les nouvelles interprétations que provoque la vision de ses œuvres les plus connues. Les cartels sont remplacés par des récits de réaction devant des images qu’il a bâti de toutes pièces.

« Aujourd’hui, nous voyons principalement l’art à travers des photos et des reproductions. Finalement, la localisation d’une œuvre importe peu. Tôt ou tard elle atterrit dans notre tête et c’est là que les choses deviennent intéressantes. » (Maurizio Cattelan)
C’est donc reparti pour l’intellectualisation, et plutôt deux fois qu’une!

Le site du Quatuor Girard est ici. On peut retrouver les projets et la présentation du fonds de dotation du Carré Rive Gauche ici.
Les informations relatives à l’exposition de Maurizio Cattelan à la monnaie de Paris sont ici.