La page du jour

L’initiative remarquée de ce mois d’octobre à Paris, Carré Latin, touche à sa fin. Dès mardi, les antiquaires et les galeristes du Carré Rive Gauche retourneront à leurs accrochages plus classiques. Carré Latin est un tout nouveau rendez-vous parisien qui s’est ajouté à la programmation artistique de la capitale, profitant du temps fort de la FIAC et de la situation idéale du Carré Rive Gauche. 30 galeries typiquement parisiennes ont reçues en grande pompe 30 artistes contemporains sud-américains.

Chaque tête-a-tête entre l’univers existant du marchand et l’œuvre contemporaine sélectionnée a été une révélation, les associations les plus réussies sont les plus naturelles et pas nécessairement les plus attendues. Gisseline Amiuny chez Alexandre Piatti, Gonzalo Lebrija chez Sandy Toupenet (spécialiste en céramique que nous étions ravis de découvrir au passage), Carlos Garcia Garcia chez Tools Gallery, Julio Pacheco Rivas chez André Golovanoff ont été nos rencontre arrangées préférées.

Si malheureusement vous n’avez pas eu l’occasion de faire le parcours de Carré Latin, nous vous conseillons vivement un petit tour sur la page web du festival (remarquable) pour découvrir les artistes et les galeries, vous pourrez alors imaginer les unions les plus heureuses. Vous avez ensuite l’occasion de vérifier vos prédictions via le compte Instagram.

À l’heure du bilan de cette première édition, le travail sans relâche de Leonor Parra, la petite fourmi architecte de ce projet titanesque, a été récompensé par de nombreux retours positifs, nous vous invitons à découvrir sa vision en vidéo ici.

carrelatin