Le livre du jour

« Être ici est une splendeur » de Marie Darrieussecq, se penche sur la vie de cette brillante artiste allemande du nom de Paula M. Becker (1876-1907). En avance sur son temps, elle a été la première femme dans l’histoire de l’art à se représenter elle-même nue dans ses tableaux. Elle s’affirme en tant que femme et offre à travers son œuvre, un témoignage intime, sans aucune complaisance de son corps, de la maternité et de son for intérieur. Grande amie du poète autrichien Rainer Maria Rilke, c’est notamment grâce à leurs nombreuses correspondances que l’auteur du roman a pu retracer sa courte, mais intense destiné. `

Elle a connu également Auguste Rodin, Maurice Denis et Édouard Vuillard, fut grandement inspiré par Paul Cézanne, Vincent Van Gogh, Paul Gaugin et tant d’autres peintres post-impressionnistes dont elle découvre le travail lors de ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Paris et la célèbre Académie Colarossi.

Bien que l’ensemble de ses œuvres a pour thèmes des caractéristiques typiques de l’époque, c’est leur traitement qui rend son travail tout à fait novateur. Ses peintures seront même jugés trop avant-gardistes et présentées à l’exposition Art dégénéré à Munich organisée par les nazis en 1937. Ceci, elle ne le saura jamais, car elle meurt subitement d’une embolie pulmonaire à 31 ans après un accouchement difficile. Son dernier mot sera : « dommage ».

L. pour Ceux du Jour

livre1