La surprise du jour

Sabrina Amrani Gallery, madrilène, est LA rencontre de notre séjour chez nous, à Bruxelles, à l’occasion de la foire d’art contemporain et de tous ses ambitieux off (dont nous aurons l’occasion de vous reparler).

Aperçu à l’espace Louise 186 et retrouvé en début de parcours à Art Brussels parmi les ‘discovery’, l’accrochage de la galerie présente notamment les recherches artistiques de Joel Andrianomearisoa.
Un artiste qui intitule ces œuvres « produits sentimentaux » ou « négociation sentimentale »; qui façonne le noir, le blanc, la lumière et le textile a beaucoup pour nous convaincre presque d’emblée.
Ses miroirs, longilignes, sont à la fois une invitation et une assignation à « dealer avec notre propre image ». Coup de cœur pour ses œuvres « marbrées », réalisées au départ des premiers jets de rouleaux de tissus, soigneusement assemblés et cousus.

En dialogue, Nicène Kossentini dévoile des textes écrits si petits qu’ils en deviennent des abstractions, alignées ; sont-elles des cordes, des fils, des barreaux, des chemins ?

Si le délicat choix des artistes est à souligner d’un trait, peut-être sont-ils d’avantage valorisés par la cohérence de la présentation. Celle du stand d’Art Brussels suit deux lignes directrices, du rectiligne apparaît doucement et sensiblement le chaos et de la mémoire collective émerge intuitivement l’identité.

Le site de la Sabrina Amrani Gallery est ici.

surprise15