L’inspiration du jour

A la biennale, de manière générale, nous avons été encore plus convaincues par les projets parallèles que par l’exposition centrale. En fin de parcours, nous sommes allés rendre visite aux impressionnants cactus du Musée de la Palmeraie.

Mahi Binebine y a orchestré la meilleure exposition. Car Mahi Binebine, dont nous avions découvert les œuvres à l’inauguration du MACMA, dont nous avions lu certains textes et dont nous avions pu entendre le rire légendaire, est un arrangeur de talent. En très peu de temps, nous nous sommes rendu compte qu’il a le don de s’entourer de « personnes promesses », issues de tous les arts, et qu’il compose des moments incomparables. Mahi Binebine est un très grand, et nous sommes tout petit pour parler de lui, mais nous vous souhaitons d’être curieux.

Lors de cette exposition « Empreintes » dont il est le commissaire, notre attention a surtout été retenue par les photographies d’Houda Kabbaj, nous les avons trouvées gracieuses, lumineuses, pointues.
Il existe, indépendamment de la jolie superposition présente dans les clichés, une autre superposition ; celle des mots justes d’Alain le Yaouanc avec qui Houda Kabbaj collabore sur plusieurs projets. Ce catalogue à la couverture grise, où dialoguent les textes de l’un et les photos de l’autre, nous aurions pu le parcourir trente fois lors de notre passage à la galerie Matisse.

Le site de Mahi Binebine est ici – et une vidéo à son propos, ici
Nous pouvons voir une autre série de photo de Houda Kabbaj, ici

MKB6-7