La chance du jour

Nous sommes allés au Bal pour une visite commentée de l’exposition DUST / Histoires de Poussières d’après Man Ray et Marcel Duchamp.

Avant tout nous découvrons l’œuvre photographique « élevage de poussière », signée par deux très grands noms. Marcel Duchamp dont on apprend qu’il entretenait une réelle culture de poussière dans son atelier et Man Ray qui lui, baptisera la photo « vue prise par aéroplane ». En découle une série de confusions; qu’est-ce qui est hors-champ ? Quelle est la ligne d’horizon ? Multitude de lectures possibles.

C’est une exposition de David Campany. Elle s’articule en deux parties, le rez-de-chaussée conte l’Histoire et le sous-sol explore des propositions contemporaines. Une seule des œuvres présentées est une référence directe à la photographie marquante, celle de Sophie Ristelhueber.

En haut, la densité de la poussière rappelle le poids de l’Histoire avec un passage choisi de « Hiroshima mon amour ». Une revue menée par Georges Bataille se pose la question ; la Belle au Bois Dormant ne se serait-elle pas réveillée couverte d’une épaisse couche de poussière ?

En bas également c’est un concentré de réflexions ; qu’est ce qu’une ruine contemporaine si elle n’a pas de vocation conservative ? Que vaut la poussière d’un Velasquez ou d’un Titien recueillie par Robert Filliou sur ces tableaux du Louvre ?

Nous trouvons toutes les informations relatives à cette exposition et au Bal ici.

 

chance8